Axe 1: Analyse du discours castriste

Intitulé: "Analyse du discours de la révolution cubaine (1959-2008) à l'aide des méthodes de la statistique textuelle: diachronie, synchronie, mise en perspective".


  • Cadre historique
Nombreuses sont les études qui soulignent, des Indépendances à nos jours, l’instabilité des différents gouvernements latino-américains, instabilité rythmée par la succession de rébellions, coups d’Etat, révolutions, etc. Les Révolutions traditionnelles de Bolivar à Sandino en passant par Zapata s’inscrivent, d’une certaine façon, dans la lignée des trois grandes révolutions atlantiques (Révolutions anglaise de 1688, nord-américaine de 1776 et française de 1789). Le triomphe de la révolution cubaine en 1959 représente une « coupure fondamentale », inaugurant « un nouveau cycle de révolutions… imprégnées d’idéologie socialisante, marxiste et anti-impérialiste ». Par son « fort impact psychologique » la Révolution cubaine, symbolisée par la personne de Fidel Castro et de Ernesto Guevara, devenait alors « la référence obligée de toutes les "guerres révolutionnaires" aux quatre coins du continent » [Vayssière 1991]. De la révolution sandiniste à la révolution bolivarienne en passant par la rébellion néozapatiste du Chiapas, toutes auront à se situer par rapport à l’idéologie guévaro-castriste. De même, les révolutionnaires salvadoriens (FMLN), colombiens (FARC, ELN) ou guatémaltèques (URNG) se verront proposer, ou iront chercher, le soutien du régime révolutionnaire cubain.
L’influence de la Révolution castriste s’est exercée, de façon particulière, à travers la parole de Fidel Castro. Le dirigeant cubain a produit tout au long des presque cinq décennies de son règne une quantité difficilement égalable de discours, textes et réflexions : plusieurs dizaines de milliers de pages. La facilité avec laquelle Castro manie l’art oratoire, la quantité impressionnante de ses prises de paroles, dont les archives disponibles n’ont encore jamais été jusqu’à ce jour analysées de façon exhaustive, fournissent au chercheur une documentation, qui offre à l’historien des clés pour la compréhension d’une période agitée de l’histoire latino-américaine.

  • Problématique
L’importance fondamentale du discours et des stratégies discursives dans la sphère politique n’est plus à démontrer. Depuis plusieurs décennies ont été développées des méthodes d’analyse du discours qui mettent à la disposition du chercheur un appareillage méthodologique et conceptuel diversifié. Le recours à la statistique lexicale et à l’informatique permet d’appréhender d’importants corpus, comme d’une part le corpus castriste, et d’autre part, à la même époque, le corpus révolutionnaire latino-américain.
Deux questions principales présideront à notre démarche.
Dans un premier temps, sachant la puissance du verbe dans l’exercice et la conservation du pouvoir, quelles sont les stratégies discursives mises en place par le leader de la Révolution cubaine depuis la prise du pouvoir en 1959 : quelles sont les particularités lexicales et syntaxiques de la parole castriste ? Comment évolue et s’adapte le discours du leader cubain en fonction du facteur temps et des différentes situations sociohistoriques d’énonciation (discours devant le peuple, discours devant les militants, discours à l’ONU, etc.) ?
Dans un deuxième temps, envisageant les discours révolutionnaires latino-américains dans leur ensemble, quelles sont les similarités et les particularités lexicales de chacun d’eux, en particulier par rapport au discours castriste ? De façon plus spécifique, quelle a été l’influence sur le discours révolutionnaire latino-américain du discours zapatiste, fréquemment cité pour sa spécificité poético-politique et pour les thèmes nouveaux qu’il a mis en avant comme la notion de société civile, la lutte contre le néolibéralisme, le refus de la prise du pouvoir par les armes et l’indianité? L’irruption de l’EZLN sur la scène politique latino-américaine a-t-elle constitué une rupture nette dans les pratiques discursives révolutionnaires ? Enfin, peut-on parler de discours révolutionnaire latino-américain au singulier?

  • Méthodologie
L’analyse automatique du discours, méthodologie encore très peu utilisée dans le champ des études latino-américanistes en France, nous permet, à l’aide de la statistique, de l’informatique, de la linguistique et de l’histoire, de mettre à jour les ruptures discursives, les similarités et spécificités lexicales et syntaxiques, en tant qu’indices de la vision du monde des acteurs révolutionnaires et de son évolution. C’est en historien du fait politique que nous mobiliserons les concepts de l’analyse du discours faisant appel aux outils informatiques, dans une démarche qui se veut interdisciplinaire (dans la lignée de travaux d'historiens et politologues comme Mayaffre, Labbé, Prost, Armony, Duchastel...).
Nous commencerons par définir ce que nous entendons par « discours révolutionnaire », « locuteur révolutionnaire » et par sélectionner les locuteurs que nous comptons inclure dans notre étude aux côtés de F. Castro. La première étape, et l’un des objectifs fondamentaux de cette étude, consistera à constituer une base de données la plus complète et exhaustive possible de discours révolutionnaires latino-américains.
Après avoir constitué le corpus, nous définirons le contexte politique et historique cubain et latino-américain, en soulignant particulièrement l’articulation des ces deux niveaux, national et continental, qui de 1959 à 2000, a vu apparaître et évoluer les acteurs révolutionnaires et leurs discours. Nous soulignerons particulièrement les étapes principales de l’activité révolutionnaire latino-américaine de cette deuxième moitié du XX° siècle : d’une part la Révolution cubaine (1959), le second souffle donné par la victoire sandiniste (1979), et le renouveau suscité par le soulèvement néo-zapatiste (1994), d’autre part la situation colombienne (1966), et enfin l’institutionnalisation par l’avènement de la révolution bolivarienne (1998).
Ensuite, dans la partie centrale, nous présenterons le contexte conceptuel et les outils méthodologiques et informatiques de notre analyse. Dans la lignée de l’Ecole française d’analyse du discours, nous utiliserons les logiciels suivants : Alceste, Hyperbase, Lexico3, COOCS. A l’aide de différents concepts linguistiques (énonciation, sloganisation, dénomination, interdiscours, ethos, doxa) et d’outils lexicométriques (index des formes, segments répétés, cooccurrences, distribution, analyse factorielle des correspondances, spécificité lexicale, richesse et accroissement du vocabulaire, proximité et distance intertextuelles), nous mettrons à jour les stratégies discursives et les spécificités lexicales de chacun des locuteurs étudiés. D’abord diachronique et évolutive, notre analyse sera aussi synchronique et comparative.

S’inscrivant dans une perspective plus large d’analyse des pratiques discursives des acteurs politiques latino-américains (1810/2010) et d’une "archéologie" du discours révolutionnaire (Foucault 1969), cette étude nous permettra de dessiner un "cartographie" (notamment à l’aide des analyses factorielles) qui jettera les bases pour une typologie du discours révolutionnaire latino-américain de la seconde moitié du XX° siècle.

  • Références:
Armony Victor, Représenter la nation, Montréal, Balzac, 2000.
Duchastel Jules et al., Restons traditionnels et progressistes. Pour une nouvelle analyse du discours politique, Montreal, Boreal, 1989.
Labbé Dominique, Le discours communiste, Paris, FNSP, 1977.
Labbé Dominique, Le vocabulaire de François Mitterrand, Paris, FNSP, 1991.
Mayaffre Damon, Le poids de mots, Paris, Champion, 2000.
Mayaffre Damon, Paroles de président, Paris, Champion, 2004.
Prost Antoine, Le vocabulaire de proclamations électorales, Paris, PUF, 1974.
Vayssière Pierre, Les révolutions d'Amérique latine, Paris, Seuil, 1991.

(Le projet Analyse du discours de la Révolution cubaine à l'aide des méthodes de la statistique textuelle est financé par la Région Franche-Comté et mené au Laboratoire Histoire des Pays de Langues Européennes (LHPLE) de l'Université de Franche-Comté et au Centre de Lexicométrie (SYLED-CLA²T) de la Sorbonne-Nouvelle.
Nous remercions la Région Franche-Comté ainsi que les professeurs et chercheurs Christoph Singler, André Salem et Damon Mayaffre, pour leur direction, leurs conseils, leur parrainage, leur soutien)

Travaux Axe 1: