Axe 2: Le discours révolutionnaire en Amérique latine de Bolivar à la Révolution bolivarienne

Intitulé: "Le discours révolutionnaire en Amérique latine de Bolivar à la Révolution Bolivarienne (1810-2008) : influences et confluences".

  • Cadre historique
L'historiographie latino-américaine considère habituellement trois périodes dans les expériences révolutionnaires qui ont marquées le continent latino-américain depuis le début du dix-neuvième siècle :
-le temps des révolutions d'Indépendance qui, particulièrement avec Bolívar de 1810 à 1824 et dans le cas de Cuba à la fin du dix-neuvième siècle avec José Martí, ont œuvrées à la rupture d'avec l'Empire espagnol;
-le temps des révolutions nationales qui, dans une Amérique latine désormais indépendante, a vu se succéder des révolutions, dont la plus emblématique est bien entendu la révolution mexicaine mais à laquelle on peut associer d'autres insurrections ;
-enfin, le temps des "révolutions marxistes et leurs prolongements " [Vayssière, 1991: 124], initié par la victoire de la révolution cubaine et prolongé par l'action guévariste, la victoire sandiniste et la succession pléthorique dans tout le continent latino-américain de guérillas plus ou moins puissantes (FARC, ELN, MRTA, PCP.. .), cycle révolutionnaire dont la fin est marquée, selon Pierre Vayssière, par 1'"adieu aux armes en Amérique centrale" [Vayssière, 1991: 333], l'institutionnalisation de la révolution dans les personnes de Fidel Castro et d'Hugo Chavez et sa Révolution Bolivarienne et "l'originalité de la guérilla néozapatiste" [Vayssière, 1991: 359], Idéologiquement cette période semble se terminer par un déclin de l'idéologie marxiste-léniniste et la montée des thématiques altermondialistes dans le discours révolutionnaire.
Tous ces mouvements et acteurs politiques se déclarent "révolutionnaires" (même si la question se pose de ce qui peut être entendu comme "révolutionnaire"), et nombre d'entre eux ont produits une masse plus ou moins importante de textes et discours politiques, qui, jusqu'à maintenant n'ont jamais fait l'objet d'une exploitation systématique, exhaustive et comparative à l'aide des méthodologies et logiciels lexicométriques. Ainsi, de même que Pierre Vayssière [1991] a analysé les principales étapes de l'histoire événementielle des Révolutions d'Amérique latine, il s'agira pour nous, parallèlement, de mettre à jour les principales caractéristiques du discours révolutionnaire en Amérique latine.

  • Problématique
Différentes questions principales présideront alors à notre démarche. Dans un premier temps, considérant chacun des locuteurs étudiés dans son individualité, il s'agira de voir quelles sont les stratégies discursives mises en place par chacun d'eux : quelles sont les principales caractéristiques de leur discours, comment celui-ci évolue-t-il avec le temps et en fonction des différentes situations sociohistoriques d'énonciation ? Dans un deuxième temps, dans une approche comparative et en considérant la filiation revendiquée par chacun d'eux (ainsi, Fidel Castro revendiquant l'héritage de José Marti, l'EZLN, l'héritage de Zapata ; l'ELN, l'héritage de Camilo Torres ; Hugo Chavez, l'héritage de Bolivar, etc.), il s'agira de mettre à jour les relations d'influences et de confluences à l'œuvre dans le discours de ces différents locuteurs : quelles sont les similarités et les particularités lexicales, syntaxiques et rhétoriques de chacun d'eux ? En quoi leurs discours se rapprochent-ils ou se différencient-ils? De façon plus spécifique, quelle a été l'influence sur le discours révolutionnaire latino-américain de la révolution cubaine ? Et quelle a été l'influence du discours zapatiste, fréquemment cité pour sa spécificité poético-politique et pour les thèmes nouveaux qu'il a mis en avant comme la notion de société civile, la lutte contre le néolibéralisme, le refus de la prise du pouvoir par les armes et l’indianité? L'irruption de l’EZLN sur la scène politique latino-américaine a-t-elle constitué une rupture nette dans les pratiques discursives révolutionnaires ? Comment, à l'aide d'un corpus témoin regroupant les éditions en espagnol des principaux textes des marxismes (marxisme, marxisme-léninisme, trotskisme, maoïsme...), peut-on retracer la circulation du vocabulaire et plus particulièrement des formules marxistes dans le discours révolutionnaire latino-américain? Plus généralement, comment des formes lexicales marquées idéologiquement, comme impérialismo/antiimperialismo, capitalismo/anticapitalismo, circulent-elles dans ce même discours du début du 18° siècle au début du 21°? Enfin, peut-on parler de discours révolutionnaire latino-américain au singulier?

  • Méthodologie et mise en œuvre
Après la mise en place du contexte historique et méthodologique, et la définition de ce que l’on peut entendre par "révolution" et par conséquent, des locuteurs pouvant être inclus dans l'analyse, il s'agira, en accord avec cette définition préalable, de constituer un corpus, représentatif de ces trois temps de l'histoire révolutionnaire latino-américaine et assez vaste pour faire l'objet d'une exploitation statistique. A la suite de cette première étape, non négligeable en ce qu'elle consiste à rendre exploitable et à décrire des corpus encore jamais analysés dans leur exhaustivité, nous procéderons à l'exploration lexicométrique, avec comme objectif de mettre à jour les principales spécificités et stratégies discursives de chacun des locuteurs d'une part, du corpus dans son ensemble de l'autre. L'évolution du vocabulaire révolutionnaire et des différentes dimensions textuelles et discursives seront mises à jour à l'aide des logiciels lexicométriques. Pour cela, il s'agira de s'appuyer sur le corps de méthodes proposé par la statistique textuelle (analyse factorielle des correspondances, spécificités, segment répétés, richesse lexicale, temps lexical...) et les concepts de l'analyse du discours (énonciation, discours rapporté...).
L'exploration lexicométrique se déroulera dans un premier temps en considérant chaque locuteur dans son individualité, et en analysant le discours de chacun dans sa globalité (dimension synchronique) puis sa diachronie (dimension évolutive). Dans un deuxième temps, en prenant appui sur les résultats de cette première étape, il s'agira de procéder à une analyse comparative des différents locuteurs afin de mettre à jour proximités et évolutions, influences et confluences dans le discours révolutionnaire contemporain.
S'inscrivant dans la perspective d'une "archéologie" du discours révolutionnaire, cette étude permettra d'en dessiner une "cartographie" et de jeter les bases pour une typologie et une histoire du discours et du vocabulaire révolutionnaires latino-américains à l'époque contemporaine (1810-2008).

  • Références:
VAYSSIERE P., Les Révolutions d'Amérique latine, Paris, Seuil, 1991.

(Le projet Le discours révolutionnaire en Amérique latine de Bolivar à la Révolution bolivarienne (1810-2009): influence et confluence est mené au Centre de Lexicométrie (SYLED-CLA²T) de la Sorbonne-Nouvelle).


Travaux Axe 2:
  • DE SOUSA S., "La statistique appliquée à l’analyse des textes: présentation de la démarche lexicométrique à partir de l’analyse du discours révolutionnaire latino-américain (1811-2009)", communication aux Journées Doctorales Humanités, "Quelle scientificité pour les Humanités", 27-28 mai 2010. [Actes en ligne à paraître]
  • DE SOUSA S., "Parentages et proximités segmentales dans le discours révolutionnaire latino-américain de Bolivar à la Révolution Bolivarienne (1810-2009)", in BOLASCO S., CHIARI I. & GIULIANO L. (ed.), Statistical Analysis of Textual Data, Proceedings of the 10th International Conference (9-11 june 2010), Sapienza University of Rome (vol. 2), Milano, LED Edizioni Universitarie di Lettere Economia Diritto, 2010, p. 697-708 [Actes en ligne à paraitre].
  • DE SOUSA S., "Bolivar et le bolivarisme dans le discours d'Hugo Chavez (1999-2006)", XII Colloque international du CRICCAL : Les indépendances: acteurs, représentations, écritures, Paris, Université Sorbonne-Nouvelle, 14-16 octobre 2010.