Problématiques et objectifs

Quatre objectifs globaux peuvent être relevés:
  • un objectif socio-historique: il s'agit d'appréhender sous un nouveau jour, à travers leurs discours compilés en corpus exhaustifs et explorés à l'aide des méthodes statistiques et multidimensionnelles et des concepts discursifs (voir cadre conceptuel et cadre méthodologique), les locuteurs et événements politiques d'Amérique latine; dans le cadre du discours médiatique pourraient aussi être envisagés l'étude de l'image d'acteurs ou d'événements politiques dans la presse latino-américaine (mais aussi étrangère, française par exemple, afin d'observer l'image de ces acteurs hors de leur pays) et en mobilisant les méthodes statistiques et informatiques, une activité de veille médiatique, autours de certains médias ou thématiques particulièrement importants ou sensibles en Amérique latine ;
  • un objectif linguistique: il s'agit de contribuer, par exemple, à l'histoire du vocabulaire socio-politique, à partir de corpus constitués; de travailler sur les spécificités linguistique de l'espagnol et du portugais américains; ou encore, à travers l'annotation des corpus, de contribuer à une linguistique de corpus de l'espagnol;
  • un objectif méthodologique: il s'agit de contribuer au développement des méthodes et outils lexicométriques pour les langues espagnole et portugaise;
  • un objectif documentaire: en effet, un autre des objectifs visés par ce projet de recherches est la constitution d'une vaste base de données, regroupant principalement les corpus politiques objets d'étude mais aussi analyses et informations nécessaires à leur étude, que ce soit différents travaux socio-historiques, données bio-bibliographiques ou, déjà en cours de constitution, un vaste corpus "multi-genres" qui, s'il pourra ensuite être étudié par les spécialistes des domaines concernés, que ce soit la littérature ou les études médiatiques, devra servir avant tout à la constitution d'un dictionnaire de fréquences qui sera mobilisé, comme peut le faire à un niveau bien plus important le logiciel Hyperbase avec le Trésor de la Langue Française, en tant que "norme" exogène dans les études des corpus politiques et plus généralement du vocabulaire latino-américain.


De façon générale, EDiSPAL porte une attention particulière: au vocabulaire des discours et aux traces de l'inscription idéologique que celui-ci reflète; aux analyses de contenu et aux situations socio-historiques de communication approchées à travers ces analyses de contenu; à l'évolution diachronique du vocabulaire; à la formation et la circulation des formules (sloganisation, segments répétés, proximités segmentales...); aux dénomination et désignants ; aux parentages entre locuteurs ; aux représentations sociales construites dans les discours; à la dimensions énonciatives, argumentatives et pragmatique des discours; au dialogisme...

Si de façon générale notre travail est clairement rattaché aux trois disciplines académiques que sont l'histoire, la politologie (ou science politique) et la linguistique (ou plus largement sciences du langage), il revendique plus précisément son attachement aux domaines de ces disciplines que sont l'histoire politique, et plus précisément, l'histoire de la pensée politique, les études de civilisations ibéro-américaines (où il a pris naissance), à l'analyse du discours et à la lexicométrie et peut être qualifié d'analyse lexicométrique du discours politique.
Enfin, malgré la multiplication des dénomination au gré des chercheurs et des options méthodologiques choisies, on peut appliquer à nos recherches, de façon partielle ou ponctuelle, les diverses dénominations disciplinaires suivantes histoire langagière des concepts (Guilhaumou, Skinner...) histoire linguistique des usages conceptuels, analyse du discours du côté de l'histoire (Robin...), histoire du discours,  histoire discursive, histoire sémantique, sémantique historique (Koselleck...), statistique lexicale (Muller...), statistique textuelle, (Salem...), analyse du/de discours, analyse de contenu (Demonet et al....), socio-sémiotique (Landowski...), sémiologie (Saussure, Barthes...), linguistique textuelle (Adam...), textométrie (Salem...), logométrie (Mayaffre...), analyse textuelle des discours (Adam...), analyse lexicométrique des discours, analyse des données textuelles, analyse automatique du discours (Pêcheux...), analyse du discours assistée par ordinateur (Marchand...), analyse des textes par ordinateur (Duchastel...), analyse textuelle assistée par ordinateur, traitement automatique du discours (Fiala...), linguistique quantitative (Guiraud...), linguistique de corpus, sociolinguistique, politologie lexicologique (Bacot...), lexicologie politique, étymologie sociale (Tournier...)... Toutes ces dénominations qui ont été utilisées par différents chercheurs peuvent s'appliquer, si ce n'est à l'ensemble de notre travail, au moins à certains aspects de celui-ci. Par ailleurs, nos recherches mobilisent aussi des concepts de disciplines comme la rhétorique, l'argumentation, la sémiologie, la sociologie, la sociologie du langage...
Si, pour qualifier notre travail de recherches, nous avons produit cette longue liste de dénominations, souvent concurrentes, c'est pour en souligner d'abord l'interdisciplinarité constitutive et ensuite les convergences fondamentales qui peuvent être résumées en 4 mots-clés: discours et histoire, lexicométrie et politique, et bien entendu... Amérique latine.